20 de junio de 2018

Le monde pleure. Que pouvons-nous faire ?

JPIC
                 
JUSTICE, PAIX, INTÉGRITÉ DE LA CRÉATION
                                 
CANADA-PÉROU




Travail avec les Fondations
Actions concrètes en faveur des droits humains grâce à la collaboration des Fondations:  Roncalli, Secours Tiers-Monde, Jean Coutu, Rotary

Équateur
. D'autres maisons pour le quartier Los Ceibos de la paroisse de Cojimies.  Maintenant 20 familles de ce quartier sont mieux logées suite au tremblement de terre.  VIDÉO
. Pueblo Nuevo, village de la paroisse de Cojimies.  35 familles de plus ont leur salle de bain
. Quartier Nueva Esperanza: 8 familles ont bénéficié d'aide pour obtenir leur salle de bain.  VIDÉO


Soeur Diane Fortier
Nathalie Fortier
Chantal Leclerc

21 de mayo de 2018

Vivre le pardon, la réconciliation et la guérison. Favoriser le dialogue dans nos relations


Sœur Judith Dossa rjm
Libreville ce 8 Mai 2018
Délégation d’Afrique
Nos objectifs  au début de la session :
Comment mieux vivre soit même et cohabiter avec les autres ?
Dans un climat de dialogue et réconciliation, comment arriver à dénouer les conflits par la communication non violente (cnv) ? D’abord être conscient de ce que je vis ou de ce qui me bloque (comment je me sens ?) Ensuite savoir que les mots sont des fenêtres ou des murs et arriver à formuler des demandes en tenant compte de mes besoins.  
En rapport avec la 1ère et la 3ème priorité, la délégation organise cette session  en vue de prendre la décision de favoriser le dialogue dans nos relations et d’éviter la violence dans les paroles, les gestes et les actions. Pour cela, nous avons reçus dans chaque maison de la délégation la sœur Covadonga Orejas, une carmélite de la charité de Vedrouna (CCV) qui, depuis le 19 Février date de son arrivée à Lagos jusqu’au 11 Mars date de son départ de Libreville  a parcouru plusieurs maison et pays de la délégation pour des sessions de formation. Présentement les communautés de la guinée sont en attente de la recevoir.
Compte tenu de la richesse des expériences partagées, des exercices pratiques effectués, nous vous partageons quelques fruits recueillis, quelques découvertes faites à conserver et traduire en habitudes de vie.

LA COMMUNICATION NON VIOLENTE (ou cnv)

C’est renouer avec nous même comme avec les autres. Il en existe quatre composantes :

  1.  Observation d’une situation 
  2. Exprimer nos sentiments
  3. Identifier mes besoins et les exprimer
  4. Formuler ma demande (à demander pour satisfaire nos besoins) en distinguant sentiment et besoin.




Les sentiments font parties de la vie et d’un jour à l’autre, mes sentiments changent. L’amour est un besoin et non un sentiment. Il faut vivre dans le présent d’où la nécessité d’être réaliste. Comment je me sens avec ma façon de communiquer avec les autres ?

Je ne peux dire : « la sœur m’énerve … » mais plutôt : « Je m’énerve quand je vois… »
Un autre exemple  de la manière d’entrée en communication avec les autres :
Quand je vois le chauffeur aller vite je me sens en insécurité parce que j’ai besoin de vivre encore et j’aimerais qu’il aille plus lentement. Ainsi formulée, nous pouvons être bien reçu dans nos propos sans culpabiliser ni le chauffeur ni les autres mais en assumant la responsabilité de nos sentiments.
A travers quelques exercices pratiques, nous avons appris à utiliser les mots de façon juste pour exprimer ce que nous avons au dedans de nous dans une communication saine. Cela nous a conduits à vérifier notre qualité d’écoute. Comment j’écoute les autres s’exprimer avec sincérité, comment j’écoute avec empathie.
Comment entrons nous en communication avec les autres ? Quand je vois que tu fais cela, je me sens de cette manière si car j’ai besoin de X. j’aimerais que tu fasses telle action (exprimée sous forme d’une requête, d’un langage positif)… Par des exercices pratiques nous étions amenés à identifier et nommer clairement notre sentiment du moment, à présenter nos besoins.
Soyons plus positif et cela facilitera la communication. Plus nous serons précises dans ce que nous disons et plus la communication passera. Si nous sommes négatifs dans nos propos, il est plus sûr que nous serons mal accueillis.
Un point importante sur la dignité humaine fut rappelé : « la valeur de la personne est la même… » (D’après  le philosophe KANT) Pour dire que l’être humain a une valeur en lui-même. Personne ne peut t’enlever ta dignité, ni te l’octroyer. Elle est là. Fait intrinsèque.
On peut te piétiner, te maltraiter mais on n’enlève pas ta dignité. Le grand Gandhi l’a dit : « on peut me maltraiter, mais personne ne peut m’enlever ma dignité… » Alors si ta dignité n’est pas respectée, je comprends que tu te sentes triste pour cela ou blessé mais, on n’enlève pas ta dignité.

Une découverte : « Quand j’étais jeune je voulais tout changer. Quand je suis au milieu de l’âge je constate que je ne peux pas tout changer. Et quand je suis vieux et plus âgée je comprends que c’est moi seulement que je peux changer pour que le monde change.»
Pour nous aider à entrer dans l’apprentissage des limites de la condition humaine. Nous ne sommes pas parfaits, les autres non plus. Quand nous comprenons nos limites, nous saurons accepter les limites des autres. Le monde parfait n’existe pas. Il est mieux d’exprimer ses besoins après les avoir identifiés au lieu de les masquer et entrer en conflits avec les autres. 
En résumé:
  • Quand je vois et j’écoute …
  • Je me sens…
  • J’aimerais…
  • Je demande…

En s’exprimant ainsi, nous entrons dans cette dynamique de la communication non violente.
Ce qui nous reste et que nous aimerions conserver 
réviser notre manière de communiquer sans culpabiliser les autres, rester conscient de nos propres limites et de nos besoins qu’il nous faut exprimer avec sérénité.  ET ça c’est super! Merci !